Inédit : un conseiller métropolitain dans la majorité au Grand Lyon 🙋‍♂️🗳

Conseil Municipal du 3 juillet 2020

Question orale du groupe de Gauche Écologiste et Solidaire

Intervention de Jérôme Bub

Monsieur le Maire, chers collègues, un vote historique a lieu dimanche dernier. Historique à plus d’un titre :

  • D’abord il s’agissait d’une première et d’une particularité : première élection métropolitaine et seulement pour la Métropole grand Lyon
  • ensuite historique par la participation exceptionnellement faible : peu d’électrices et d’électeurs, sans doute parce que notre élection municipale avait eut lieu auparavant en un seul tour, sans doute par un manque de communication des instances, sans doute par la peur d’une contamination du COVID-19, par le beau temps d’un week-end d’été ou plus inquiétant par le désintérêt de la chose publique
  • enfin, un vote historique car l’écologie a enfin fait son entrée dans nos territoires : la Métropole est depuis hier dirigée par Bruno Bernard, les écologistes et la gauche, notre circonscription a été gagnée par la liste qui le soutenait, Grigny a désormais un conseiller métropolitain écologiste et c’est une première : un conseiller métropolitain dans la majorité. Et ce n’est pas tout ! Notre ville centre : Lyon sera dirigée par l’écologiste Grégory Doucet, ainsi que 7 arrondissements aussi, et plus loin : Grenoble, Annecy. De nombreux écologistes seront au manettes dans des communes plus proches de nous : Villeurbanne, Vénissieux, Saint-Fons, Rive-de-Gier et Givors.

Quel changement ! Quel espoir !

Pour ce qui me concerne, je suis déjà au travail et serait fier de faire avancer les projets métropolitains dans notre circonscription des Lônes et Coteaux, avec mes 8 colistiers élus (sur 12) et inversement porter la parole des citoyennes et citoyens de la circonscription au Grand Lyon et plus particulièrement celle des grignerotes et grignerots.

Je fais le souhait de pouvoir le faire avec la collaboration du Maire et du conseil municipal de Grigny.

Ma question est simple : quelle place laisserez-vous, Monsieur le Maire, au conseiller municipal et métropolitain que je suis au sein du Conseil Municipal d’une part, au sein du Grigny Magazine d’autre part, afin de traiter les sujets métropolitains concernant notre commune ?


D’habitude, la mention « seul le prononcé fait fois » apparait à la fin des articles issus d’un conseil municipal. Et bien pas cette fois-ci !

Nous ne pouvons pas non plus mettre en ligne l’extrait vidéo correspondant, car celle-ci « n’est plus disponible suite à un bug interne » lit-on sur le site de la ville.

Le Maire ne nous a pas laissé poser notre question orale qu’il avait reçu au préalable, conformément au règlement intérieur. Sans doute que certains paragraphes de cette question ne lui étaient pas agréables à entendre en conseil. Sa réponse que nous avons copiée avant le « bug » fut des plus claire :

« Quelle est la place qu’on laisse au Conseiller métropolitain ? Ben… aucune monsieur Bub, puisque le conseil municipal gère les affaires de la commune. Auparavant je vous rappelle que la commune déléguait ses compétences à la communauté urbaine, et la communauté urbaine était l’émanation des communes et donc le maire était membre de droit de cette communauté urbaine et donc par conséquent quand il siégeait là-bas il rendait compte aux administrés puisque c’était les administrés qui l’avait élu. Depuis le 1er janvier 2015, Gérard Colomb et Michel Mercier ont décidé de faire évoluer cette collectivité en collectivité territoriale à statut particulier, qui est devenu Métropole et il a été décidé que dorénavant, les conseillers métropolitains seraient élus sur des circonscriptions qui ne dépendaient pas des communes. Vous vous souvenez, Monsieur Bub du grand débat qu’il y a eu dans le Val de Saône sur toutes les communes ne seraient pas représentées et finalement à la fin les choses sont restées à l’identique. Donc aujourd’hui la Métropole de Lyon n’est plus liée à la Ville de Grigny et donc par conséquent il n’y a pas de lien direct puisque nous avons 2 collectivités qui sont totalement indépendantes et qui vont se gérer l’une à côté de l’autre, au mieux l’une parfois avec l’autre mais ce n’est pas obligatoire… et je vous renverrais donc finalement à ce qu’à dit le président Bernard hier à la Métropole de Lyon [il prend son téléphone] : « mon rôle n’est pas de représenter les communes, disait-il, et les arrondissements, mais de travailler. Notre rôle est de réussir ici. Si on le fait, ce dont je ne doute pas, ce sera un exemple dans le pays pour d’autres collectivités. Il faut faire adhérer les habitants, les maires, les acteurs économiques à ce projet ». Il n’est pas question de dialogue il n’est pas question  de représentation. Il est question que la Métropole de Lyon a décidé de faire adhérer l’ensemble des communes et des habitants à son  projet, donc la réponse est assez claire, la Métropole de Lyon  vivra sa vie et la ville de Grigny vivra sa vie et nous aurons un certain nombre d’échanges peut-être, sur des dossiers,  mais il n’ y a aucun représentant au sein de cette assemblée qui n’est représentant d’autre chose que du Conseil Municipal. Si demain monsieur Fugit venait il serait aussi en temps que député dans le public et si monsieur Moroge qui nous représente dans le secteur, dans ce cas là pour la Région aurait le même statut aussi donc voilà : il n’y aura pas de statut particulier et nous sommes tous des conseillers municipaux et nous sommes tous à égalité de traitement dans cette Métropole. »

Xavier Odo

Les habitants de Grigny doivent donc s’attendre à ne pas bénéficier d’un dialogue nécessaire entre la ville et la Métropole. Il en aurait sans doute été autrement si Xavier Odo avait été élu conseiller métropolitain sur la liste Les Républicains, mais le suffrage sorti des urnes en a décidé autrement.

Au passage Monsieur le Maire oublie tout simplement que ni M. Fugit ni M. Moroge ne sont conseiller municipal à Grigny…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *